« Revenir aux revues de presse

Saint-Tite est prête pour le western

08 septembre 2011 - Le Nouvelliste

(Saint-Tite) Cow-boys, commerçants et caravaniers sont déjà arrivés pour le 44e Festival western de Saint-Tite. Ni les pluies et les rafales causées par Irene, ni l’incendie qui a ravagé les locaux du festival en avril 2010 n’auront réussi à ralentir la préparation de la 44e édition.

Big & Rich et Gretchen Wilson… et le Festival western de Saint-Tite font la une de la revue européenne Dreamwest.

C’est qu’il en faut pour désarçonner l’organisation rodée de ce festival, l’un des plus importants au Québec, qui prend son envol ce soir avec le spectacle de Big & Riche et Gretchen Wilson.

À ce propos, le directeur général du festival, Pascal Lafrenière, confirmait que la vente des billets de ce spectacle n’atteindrait pas le sommet qu’on avait connu l’an dernier avec la vedette internationale Alan Jackson (7500 billets) et avant lui, la légende Kenny Rogers qui avait eu droit à une supplémentaire.

Mais cela dit, l’organisation était quand même très satisfaite des 5000 billets vendus à date, (on croit pouvoir atteindre 5500) compte tenu que les vedettes de cette année, des chanteurs country rock au style décoiffant, étaient moins connues du grand public québécois. On juge que c’est le prix à payer pour attirer une clientèle un peu plus jeune que celle qu’on retrouve traditionnellement au festival (45 ans en moyenne).

«On a visé une niche très précise avec ce spectacle. C’est un peu le côté éducationnel du Festival, explique le directeur général. Nous voyons ça comme un placement à long terme. Le groupe fait actuellement la une du magazine français Dreamwest et on parle du spectacle de Saint-Tite en page une également. C’est à ça que sert aussi ce spectacle. Nous, on est du rêve pour les Européens. On leur offre la culture du cheval, du country, des amérindiens, l’Amérique. On leur offre tout ça dans une culture francophone. Ils rêvent de venir ici.»

Il reste donc encore des billets pour le spectacle de ce soir qui aura lieu dans les grandes estrades Molson. Un parterre à prix populaire (30 $) a même été aménagé pour permettre aux amateurs de venir découvrir ces nouveaux artistes au style spectaculaire.

Lors de l’entrevue, M. Lafrenière recevait Le Nouvelliste dans les locaux rénovés du festival, où lui et son équipe se sont réinstallés en juin dernier seulement.

«Il ne restait que quatre murs de brique avec des plafonds de bois après l’incendie, raconte-t-il. C’était le gymnase d’un ancien collège ici. Mais bon, on était dus pour rénover notre siège social et lui donner un cachet digne de l’importance du festival… à la hauteur de nos moyens, bien sûr.»

Cela donne un look branché, mélange de pierre, bois et verre où on est très fiers de recevoir les collaborateurs du festival. Quelques belles toiles d’inspiration western seront accrochées au mur de même qu’un écran plat géants sur lequel on retransmettra des images des rodéos et du festival en général.

À 24 heures de l’envol du festival, Pascal Lafrenière en était au fine-tuning. Tout comme les 630 bénévoles, il était très heureux du documentaire de Pierre Saint-Yves que diffuse Radio-Canada depuis lundi dernier et qui donne une visibilité incroyable aux artisans du festival: organisateurs, bénévoles, commerçants, population de Saint-Tite.

«Des gens nous ont dit que même s’ils suivent le festival depuis 20 ans, ils ont appris plein de choses. Moi, ma mère me demande à toutes les années de lui expliquer ce que je fais exactement comme travail et je ne suis pas capable. Il y a trop de choses. C’est unique comme travail.»

Au moment de l’entrevue, on terminait l’installation des kiosques et chapiteaux et les petits chariots élévateurs avaient pris possession des rues. Quelques cow-boys à cheval se faufilaient dans ce joyeux chaos, en route vers les écuries. Les Saint-Titiens ont pour la plupart terminé les décorations traditionnelles sur la façade de leur maison (la jute a la cote cette année, déclassant les balles de foin) et les premiers véhicules récréatifs des 9000 attendus s’installaient sur les terrains de camping géants prévus pour eux. La fête peut commencer!

« Revenir aux revues de presse
À propos

Les productions Hérodotus produit des films et séries documentaires qui jettent un éclairage nouveau sur des phénomènes sociaux, explorent et démystifient des sujets historiques, dévoilent et expliquent avec clarté les diverses formes d’activités humaines. Notre mission est de traiter chacun de ces sujets sous des angles inédits, avec audace et rigueur « afin que le temps n’abolisse pas le souvenir des actions des hommes ».

Création et hébergement du site Internet par SYN Média
© Tous droits réservés - Les productions Hérodotus